Carnet de route 2012 !

 

L’Espagne (du 04 Décembre au 04 Janvier 2013)

Après cette fameuse nuit, ma tête au réveil en disait long! Malgré cela, ce soir nous serons en Espagne et certainement déjà en fin de matinée. Nous traversons Donastia-San-Sebastian et pousserons même jusqu’à Bermeo, non loin de Bilbao. Nous y passerons notre première nuit en dehors de France. Encore une aire municipale, budget oblige. Plusieurs campings-cars y sont présents et cela nous rassure! Même s’ils sont tous Espagnols…L’eau propre y est gratuite, les vidanges d’eaux grises et noires également. Le lendemain nous rejoindrons la belle ville de Bilbao où s’entremêlent deux architectures complètement opposées mais oh combien réussies! La visite du musée Guggenheim est incontournable et Maxim y a pris beaucoup de plaisir!

Musé Guggenheim de Bilbao A l'arriere du musé Guggenheim de Bilbao L'entree du musé Guggenheim de Bilbao Architecture intrieur du musé Guggenheim de Bilbao Salle Arcelor-Mittal au Guggenheim salle Arcelor-Mittal au Guggenheim de Bilbao salle Arcelor-Mittal au Guggenheim Florence sur la terrasse du 2eme etage du Guggenheim

Nous reprenons la route en fin d’après-midi pour nous retrouver en soirée à Victoria-Gasteiz. Nous dénichons (merci le GPS spécial camping car) une gigantesque aire municipale où une trentaine de camping cars, tous espagnols se trouvent garés. A se demander si certains espagnols ne vivent pas avec leur famille dans leur mobil home à l’année pour cause de crise … Malgré les appréhensions que nous avions la veille de nous trouver entourés d’HLM, notre nuit fut reposante. Jeudi 6 décembre, nous voici partis à la découverte de cette ville, en prenant le TRAM version espagnole. Nous y avons mangé nos premières tapas dans une taverne. Sauf que les espagnols mangent plutôt vers 13h30, voire 14h00 et que nous y sommes arrivés bien avant  ! Bien mangé pour pas trop cher : 2 tapas et une boisson chacun pour 13€. Est-ce que l’Espagne a dépénalisé la consommation de drogues douces ? Car l’odeur de la marijuana nous caressait les narines à chaque coin de rue. Et les espagnols roulaient leur joint dans les bars … Si vous n’êtes pas des inconditionnels de la marche, il existe des escalators permettant de gravir la vieille ville sans trop d’effort. Nouvelle curiosité espagnole ! Par contre Maxim n’est pas très content, car il s’attendait à ce que le St Nicolas soit en Espagne, mais pas de mannalas et de chocolat chaud, par contre des clémentines à profusion à 1€ le kg. On ne peut pas tout avoir …quand on voyage…

Escalator, nouvelle curiosité Espagnole Vieille ville de Vitoria Gastez L'homme en noir Mes deux amours                                                                                                                                                                        Après le goûter en fin d’après-midi, nous prenons la direction de Pamplona où nous passerons notre première nuit en camping. Pas beaucoup de monde, 3 vans, nous compris. On se rend compte que l’on est vraiment « décalé » et « hors saison » ! Pour prendre sa douche, c’est entre 8h00 et 10h00 du matin qu’ils mettent des lampes à moustique en guise de chauffage … A notre réveil, le temps est à la pluie et la température extérieure ne dépasse pas les 5°. On est pas venu en Espagne pour se les peler. On décide alors de changer notre itinéraire, de ne pas visiter Pamplona et de tracer vers le Sud côté méditerranée. Direction Barcelona … Après plus de 3h de route, une halte à Murillo de Gallego pour déjeuner s’impose, dans cette magnifique région qu’est la Zaragoza et dont je suis éperdument tombé amoureux !   

La petite bourgade de Murillo de Galego Murillo de Galego vue de la Vallée cascades de Murillo de Galego Les rocheuses comme aux etats-unies jamais tres loin Dans un super resto, ca va couter cher 

Lien vers l’article

Après ce festin, il nous reste encore beaucoup d’asphalte à écraser ! De Pamplona à Barcelona compter presque 500 km, possible si le GPS est bien paramétré, mais dans notre cas une pause pour la nuit est inéluctable ! Le camp s’établira à Tamarite de Litera sur une aire municipale pour pas changer. On arrive vers 19h30 et le parking surplombant une zone mi-administrative mi-industrielle est désert. Pas âmes qui vivent, si deux jeunes ados entrain de fumer leur joint à l’abri des regards ! On décide quand même de rester, la route à été fatigante et j’ai hâte de me coucher… J’en veux pour preuve, qu’après avoir dîner, en allant fumer ma cigarette, je me suis soudain retrouvé les 4 fers en l’air. J’ai rien compris au film ! Après avoir reprit mes esprits, je me suis aperçu que le marche pied n’était pas sorti ! Mais quel c.., j’avais omis d’appuyer sur le bouton avant de descendre… Je vous jure, il faut vraiment être c.. ! Enfin bref, plus de peur que de mal !

sur la route sur la route sur la route sur la route                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                Mardi après midi, çà y est nous sommes, enfin à Barcelona ! Tournant pendant un certain temps, à la recherche d’une aire, qui au final s’averai toute payante et laissant notre intuition opérer, nous déciderons de quitter la ville pour rallier la périphérie. Nous dénicherons encore un camping de derrière les fagots, en face de la mer, au beau milieu de la côte du Maresme ! Nous sommes à El Masnou, 11 km nous séparent de Barcelona, avec une gare à 300m et des trains raliant cette magnifique ville toutes les 10mn … Le camping est calme, propre, les douches y sont brûlantes et la température a gagnée plusieurs degrés. Il fait 20° en journée et 12° en soirée ! Nous y feront la connaissance d’un couple de français ! Des vieux baroudeurs faisant du camping-car depuis plus de 20 ans, qui nous feront partager leur expérience, au vue des pays traversés, et des endroits à ne pas rater. Nous avons donc suivis leurs conseils pour la visite de Barcelona, et déjeuné aux anciennes arênes, terminées depuis peu et transformées en centre commercial sur 5 étages, quand même ! Le dernier étant exclusivement réservé à la restauration… On se croirait en haut de la tour de l’europe, à ciel ouvert avec une terrasse circulaire, dominant la ville ! Une vue exceptionelle s’offre à nous, on a l’impression de posséder Barcelona, si seulement… Une journée n’est pas suffisante pour découvrir cette ville si majestueuse, mais nous aurons quand même pris le temps de voir « La Sagrada Familia », oeuvre inachevée de Gaudi qui se construit qu’à l’aide de l’aumône depuis son début ! Prenez le temps de visiter « le Poble Espagnyol » un des héritages laissé par l’exposition internationale de 1929 sur la montagne de Montjuïc ! Vous pourrez y admirer des bâtiments remarquables, découvrirez le métier des différents artisans travaillant dans leur ateliers et pourrez contempler des oeuvres de maîtres comme Dali, Picasso, Miro, Tapies ou Barcelo ! Ces Espagnols ont vraiment un patrimoine architectural insoupçonné et indiscutable !

Palais du Montjuic à barcelone depuis les Arenas Jardin Miro depuis les Arenas de Barcelona La continuité de la Sagrada-Familia de Barcelona L'ancienne partie de la Sagrada-Familia à Barcelona Maison de Gaudi à Barcelona piscine terrasse depuis les Arenas à Barcelona 3 etages pour cet Appel store de Barcelona Appel store de Barcelona, hello Yann

Après y avoir passé 2 jours, nous prendrons la direction de Valencia mais la route se faisant trop longue, nous ferons halte à Oropesa del Mar dans un camping à côté de la mer ! En arrivant dans cette petite commune balnéaire, on se demande où est la crise ? De gigantesques immeubles de plusieurs étages en paliers envahissent le bord de la mer ! Dans le camping, la majeure partie des personnes occupant les lieux sont …. Allemands bien évidemment, et y sont pour presque 5 mois ! Même le personnel du camping sans vous connaître vous dit « Hallo », « Morgen », « Wie geht’s », c’est vous dire l’influence de cette « Race » ! Enfin bref, juste à notre gauche, se trouve quand même un couple de Français, lui aussi, présent pour y passer toute l’hiver, dans la joie et la bonne humeur… Des décorations de Noël plus kitsch les unes que les autres nous encerclent et nous prouvent encore une fois l’ancrage de longue durée de leurs propriétaires ! Nous n’y resterons que pour la nuit…! Mercredi matin après les cours, de Maxim, qui les prend très au sérieux et soit dit en passant n’a presque que des bonnes notes, reprend peu à peu confiance en lui. Peut-être, même un peu trop parfois ! Direction Valencia, où nous y serons vers 13h30. Les routes empruntées sont bonnes, le camping-car roule de mieux en mieux, on a passé les 4000 km, s’il vous plait ! La conduite grâce à la boite automatique nous permet de voir autour de nous, d’être moins stressé en traversant les villes et obstacles, merci qui, merci David, pas moi, M. Grossé, un ami de longue date ! Nous voulions absolument visiter La Ciudad de las ARTES y las Ciencias, « la ville des arts et des sciences » pour les néophytes en Espagnol, je traduis pour vous, nous on maîtrise grave…! Mais pas possible de trouver une place pour notre engin. Nous, nous sommes donc rabattus vers un camping « le coll vert », où nous prendrons le temps de faire un peu de linge, vidanges des eaux etc… et y passerons une bonne nuit, à peu près, enfin un peu bruyante quand même ! Tu m’étonnes, on était juste à côté de l’autoroute, et je sais pas ce qu’ils ont les Espagnols mais dès qu’ils rentrent du travail, ils lâchent leurs chiens et les laissent tous dehors pour la nuit ! Et ça gueule, ça gueule ! Au début je pensais qu’on se trouvait à côté d’un élevage mais comme le même cinéma se reproduit à chacune de nos haltes, je me suis rendu à l’évidence ! C’est donc avec impatience et excitation que nous sommes parti en bus à la découverte de cette ville. Le jeu en valait la chandelle, nous en sommes revenus avec des images plein la tête et de joie dans nos coeurs. C’est en fait un complexe gigantesque, regroupant 6 thèmes : le palais des arts de la reine Sofia, l’hémisphère, la serre, le musée des sciences, l’agora et le centre océanographique. Nous n’aurions finalement que l’occasion d’en faire 2 : le musée des sciences et le centre océanographique. Il faut quand même plus de 10h pour en faire le tour ! L’océanografic, y accueille le plus grand nombre de variétés, d’espèces du monde entier. Il possède l’un des plus long tunnel d’Europe mesurant 70 mètres ! L’acrylique du monde de la mer rouge mesure 33 cm d’épaisseur et en 4 heures, plus de 25 km de conduites d’eau dépurent toute l’eau du musé. Plus de 45 000 exemplaires de 500 espèces différentes habitent dans neuf tours sous-marines qui, structurées sur deux niveaux, représentent les écosystèmes les plus emblématiques de notre planète. Sans commune mesure avec l’océarium du Croisic et j’ai pourtant l’esprit chauvin ! A voir ABSOLUMENT !

centre oceanografic de Valencia Centre océanografic de Valencia Oceanografic de Valencia L'hemisphere et la palau des artes de la reine Sofia Ciuta del sciencas et hemisphere Maxim vs Hulk au musé des sciences de Valencia Kelly Slater n'a qu'a bien se tenir Devant la ciuta del sciencas de Valencia

Lien vers l’article

Après Valencia, la dernière opportunité s’offrant à nous pour apporter des modifications à notre « Mobil Home » se trouve à Elche. Il s’y trouve le dernier concessionnaire LAIKA sur notre route et en l’occurrence « Caravans CRUZ ». Nous y arrivons vers 13h30 mais nous avions oublié, que les Espagnols ne reprennent qu’après 16h! Nous prendrons donc notre mal en patience, et ferons le piquet jusqu’à leur retour… Quand arrive le moment, un homme d’à peu près mon âge nous acceuille et nous fait comprendre qu’ils sont surbookés… Nous sommes Vendredi et ils n’auront pas la possibilité de s’occuper de nous avant mercredi prochain !!! Celà sous-entend pour nous de devoir rester dans le coin au moins 6 jours… Ce que nous déciderons, en prenant un peu de bon temps, dans un camping 5*, s’il vous plaît ! Avec tout confort « fitness, piscine, sauna, hammam, jets d’eaux, sanitaires en marbre, wifi gratuit et mini club pour enfants » mais, avec des Allemands, beaucoup d’Allemands. Ont pourra néanmoins remercier mes 11 années, passées à étudier cette langue ! Le RDV est donc pris avec « David », eh oui il s’appelle comme moi, et me rappelle beaucoup le sens de l’accueil et de l’écoute que j’ai pu avoir auprès de mes clients. A l’exception près qu’il maîtrise 5 langues ! C’est donc mercredi matin que nous attendrons le montage de notre porte-vélo, posés dans des transats en plein soleil donnant les cours à Maxim. Maintenant que la soute est vide, nous pouvons enfin faire l’acquisition d’une table, 3 chaises longues et profiter des journées ensoleillées pour faire bronzette ! Après avoir déjeuné dans la cour du concessionnaire nous prenons la direction de Cartagena et nous nous arrêterons à La Manga del Mar Menor dans un camping pour y passer la nuit ! Rien que le nom, aurait dû nous faire continuer notre route mais que voulez vous les imprévues aussi font partie du voyage… Déja à la reception, presque 10mn d’attente avant que l’on s’occupe de nous. Non pas, parce qu’il n’y avait personne, mais il est 17h et c’est l’heure du courrier. Plus d’une dizaine de personnes s’afféraient au comptoir en espérant recevoir un colis ou une enveloppe ! Tous les papiers administratifs étant remplis nous pouvons enfin nous rendre sur notre emplacement. Chouette, on est juste à côté des sanitaires. Ah oui, on a décidé d’économiser l’eau de notre camping-car, alors c’est douche, vaisselle et toilette chez les autres. Il faut dire que 100l d’eau, c’est 4 douches, 2 jours de vaisselle et le reste pour le thé ou le café alors… Donc, revenons en à nos moutons. On décide d’aller voir la mer car elle s’y trouve à deux pas. Et là en sortant du camping-car une odeur putride nous coupe presque la respiration ! On va quand même voir la mer mais plus avec l’enthousiasme qui nous habitait… La balade va être de courte durée, j’en reviens même avec un noeud au ventre. Certains connaissent cette odeur, surtout les gens de la campagne ! Je veux parler de l’odeur du purin, ou du compost qui à déjà masseré depuis quelques temps, pour les autres. Le camping était pourtant plein à craquer ; comment font-ils pour supporter cette odeur ? Le pire c’est qu’ils avaient l’air heureux, contents ; c’est pas possible ! La seule explication qui nous vienne, c’est qu’il la respire depuis tellement longtemps, qu’ils ne s’en rendent même plus compte… Ben, qu’ils y restent mais ce sera sans nous ! Nous devrons quand même y passer la nuit mais ne nous éterniserons pas le lendemain. J’espère seulement que cette odeur ne va pas s’imprégner dans notre véhicule, bordel ! Jeudi, peu après 12h nous serons à Puerto de Mazarron. Et par moment, j’ai des relents de cette vieille odeur, c’est fou, je vous jure ! A nouveau dans un camping se situant à l’applomb d’une petite montagne. Le panorama est très chouette, les gens y sont sympas, même les Allemands, encore des Allemands…Nous goûterons à la piscine chauffée qui est vidée et remplie tous les soirs avec de l’eau de mer. Une merveille… C’est la première fois que je me sens aussi bien et je m’y poserais volontiers quelques temps ! Cette petite bourgade nous permet de consommer différemment. Pas de grands centres commerciaux, ici on privilégie le commerce de proximité ! Celà nous permet d’utiliser nos vélos et de faire un peu d’exercice… Nous en profiterons pour enfin acheter une caisse à outils dans une petite « ferreteria » ! C’est dingue me diriez vous, ils sont vraiment partis avec « la bite et le couteau » ceux là ! C’est à moitié vrai, on pensait tout trouver en chemin, au fur et à mesure de l’avancée dans notre périple ! Et puis on n’en n’avait pas l’utilité jusqu’à ce que nous rentrions de notre balade… Flo voulait ouvrir la soute mais c’est trompée de clef ! Elle se retourna vers moi, avec le barillet dans les mains… Il nous était impossible d’ouvrir cette foutue soute, alors Bibi a du se servir de sa nouvelle caisse, flambant neuve ! Madame rigolait et moi j’étais déconfit… Les coincidences, prêtent souvent à la réflexion !

Vue sur le port avec une végetation luxuriante à Puerto de Mazarron Petit port sur la côte encore préservée Maison sur la plage sauvage à Puerto de Mazarron Camping Los Madriles de Puerto de Mazarron

Et c’est donc samedi 22 décembre, avec regret, que nous quitterons cet endroit, n’osant néanmoins l’exprimer ou espérant trouver encore mieux pour passer Noël ! Nous dormirons à Aguadulce dans un nouveau camping non loin d’Almeria que nous visiterons l’après midi même ! Rencontre avec une ville assez animée, une belle cathédrale, encerclée par des remparts. Le camping en arrivant ne me plaisait pas des masses, peu d’emplacements et les meilleurs étaient déjà occupés ! Le notre était à l’écart des autres, en pente, et sous un aqueduc… Ce n’est qu’au petit matin que j’ai été réconcilié avec le lieu ! Flo et moi avons assisté au lever du soleil avec des chasses de bars (loup de mer).  Les poissons faisaient des sauts hors de l’eau avec le soleil levant en arrière plan… Un très beau souvenir pour moi, mais à la vue de mon humeur massacrante, nous avions décidés de reprendre la route le lendemin de notre arrivée.

Les mandarinniers poussent partout Cathedrale d'Alméria Camping Aguadulce sous un acduc proche le la mer Désirée prete à refaire de la route

Presque 10 jours se sont écoulés depuis notre arrivée à Torre de Mar au camping Almanate situé dans un parc naturel proche de Malaga. Les clans allemands et anglais pour la plupart nous ouvrent doucement leur porte ! Pas de place pour les gens de passage ici, les gens y résident pour plusieurs mois… Alors dès qu’un nouvel arrivant pointe le bout de son nez, tout le monde rapplique. Ils jaugent sa conduite pendant la manoeuvre pour prendre son emplacement et gare à celui qui empiète leur morceau de tapis !!! Mais surtout pas un coup de main, d’abord on fait ses preuves ! Pour nous une sorte de quotidien ou de routine se met en place : réveil, petit-déjeuner, devoirs de Maxim, bronzette, déjeuner, vaisselle, piscine, lecture, bronzette, diner, toilette, lecture ou jeu et coucher. 8h00 du matin à 21hoo le soir est à peu près notre amplitude horaire, à part Noël et Nouvel An où le coucher fut très tardif (22h30 !!!). Maxim plait aux filles et commence enfin à vivre sa petite vie… Encore 2 ou 3 jours le temps de réceptionner la carte verte de l’assurance du véhicule et on the road again ! Direction Algesiras pour monter sur un ferry ralliant le Maroc. Arrivée à Tanger ou Ceuta, cela dépendra du prix !

Le père Noël est quand même passé ! Notre petite crèche pour Noël Maxim, la nuit de Noël à Torre de Mar Maxim et son papa le soir de Noël

Lien vers l’article

 

La France (du 14 Novembre au 04 Décembre 2012)

1er reveil dans le Morvan avec une petite surprise Avant de commencer par l’Espagne nous avons décidé, de passer voir quelques personnes que nous n’avions pas eu l’occasion de voir depuis un certain temps. L’envol à été pour 14 novembre après une nuit de désancrage passée chez mon cousin Séba. Direction le Morvan à Etang s/Arroux.

Lien vers l’article.

 

sejour chez les Schmitt à HERME Le lendemain nous prendrons la route pour Saint Hilaire Sur Romilly. Nous y passerons une nuit au camping avant de retrouver mon cousin Fabien à Hermé. L’acceuil et la durée du séjour y fût chaleureux et dans un autre contexte que quand ils viennent en Alsace voir leurs parents.

Après une nuit passée à Hermé nous repartons pour Saint-Chéron. Il est 15 h et devons être au camping avant 18 h, il n’est donc pas question de traîner. Dimanche nous devons retrouver Alexis avec sa petite famille à Dourdan pour déjeuner. Après quoi nous terminerons l’après- midi dans notre camping-car pour cause de mauvais temps. Autour d’un bol de thé chaud les évocations des expériences de voyages de mon ami se voudront réconfortantes et pleines de promesses pour la suite de notre périple.

Mon meilleur pote et sa petite famille mon meilleur ami à Dourdan

Après 3 nuitées au camping en périphérie parisienne pour des raisons logistiques (lessive, vidange des eaux usées et remplissage des eaux propres) nous nous dirigerons vers Angers. Malgré la basse saison nous y avons rencontré des Néerlandais (attendant la réparation de leur voiture suite à une panne moteur) et un homme très généreux qui nous à touché.

Lien vers l’article

Mardi matin après un rapide petit-déjeuner, direction Saint-Sulpice s/Loire. Il faut dire q’un rythme naturel se met doucement en place et que nous commençons vraiment à prendre notre temps. Il n’est donc pas question de se laisser aller car plusieurs centaines de kilomètres nous séparent de notre destination et ma conduite est d’autant plus lente. Il est presque 19 h lorsque nous arrivons dans ce petit hameau de 195 habitants (source sure venant d’un adjoint au maire du nom de Robert), non loin d’Angers. Il ne nous reste plus qu’à mettre les pieds sous la table! Robert et Thérèse avec qui nous partagerons 3 diners et 3 déjeuner nous ont vraiment gâtés culinairement parlant (coquilles St Jacques de Belle-Ile, huîtres de Port Navalo et saumon). Les repas y ont étés plus sains qu’en Alsace et nous ont permis de renouer avec les produits de la mer, un vrai régal. Nous en avons également profité pour faire quelques visites comme l’Abbaye de Fontevraud.

Abbaye de Fontevraut L'Abbaye et son belédère expo temporaire dans l'Abbaye repas chez les Lebugle les chats, toujours les chats Les Lebugle à Saint Sulpice sur Loire Therese et Flo à Angers

Vendredi 23 novembre, il est 15 h 30 et nous rejoignons un autre petit hameau du nom de Larré près de Vannes. Dominique, la meilleure amie de Florence et la marraine de Maxim nous attend chez elle à avec toute la famille. 3 années se sont écoulées depuis leur dernier passage en Alsace et inutile de vous dire que la joie des retrouvailles était partagée. Nous partagerons leur quotidien du matin au soir sans aucune lassitude. L’ambiance y est détendue et sans chichis, à la bonne franquette! J’ai l’impression que les enfants ne se sont perdus de vue que depuis hier même s’ils ont dûs prendre pas loin de 40 cm! Dimanche ils nous ont fait découvrir une crêperie à Gorvello, et je vous assure qu’elle en vaut le détour! Enfin des crêpes qui déchirent sa race comme diraient les djeun’s. Comme digestif, rien de mieux qu’une balade sur la plage à quelques kilomètres de là. Premier contact avec la mer, tant attendue! La soirée se finira assez tôt, les enfants ont école demain, les parents travaillent et nous, euh, ont est fatigués!

Maxim, adore les chats chez nos amis à Larre Plage, après les crepes du Gorvello Eva la filleule de Flo à coté de Gorvello La meilleure amie de Flo rochefort en terre, sous un lavoir ancien

Lundi matin après une nuit très agitée (vent très fort pour des Alsaciens et Maxim qui avait de la fièvre)nous avons déjeuné ensemble une dernière fois avant de continuer notre route vers La Baule Les Pins. N’ayant toujours pas réceptionné notre certificat d’immatriculation définitif nous avons fait le choix d’y passer quelques jours, dans l’appartement des parents de Florence. Ses parents nous l’enverront dès qu’ il sera en leur possession! Cela n’est pas pour nous déplaire, nous avons vue sur la mer, qu’à traverser le boulevard pour être sur la plage et du soleil depuis notre arrivée! Réconciliés avec l’ouest, peu de vent, pas de pluie et que du soleil! On est quand même fin novembre et le temps est superbe pour la fin de la saison. On s’éclate donc sur la plage, à jouer aux boules en bois, faire des châteaux de sables et avons l’air d’extraterrestres aux regards des habitants médusés!!!

au musé oceania de la Baule Maxim dans son sous-marin musé de la Baule les pins, océania sauvetage de son chateau de sable La baule, fin d'après midi, décembre Jeu de boules en bois à la Baule les Pins Jamais très loin la plus belle du monde, mon amour pour la vie La Baule les Pins by night Bonjour, tout le monde Présentation avec fierte de son chateau fort Sur la plage, La Baule les Pins

Une semaine vient de s’écouler, certificat d’immatriculation définitif en main et le temps semble nous chasser puisqu’il s’est dégradé tout au long de la journée. Le moment est venu pour nous de reprendre la route! Direction l’Espagne le plus rapidement possible en prenant le temps de faire une halte en Vendée pour faire l’acquisition d’un jeu de palets. Passion découverte et transmise lors du mariage de Valérie et Nicolas au mois d’Août par des Vendéens que je salue à l’occasion. Ce jeu à été très facile à obtenir puisqu’il se vend dans tous les supersmarchés. Pas étonnant puisque c’est un sport national ici!!! La nuit arrivant rapidement nous décidons de nous arrêter proche de La Rochelle où nous sommes tombés par hasard sur un camping à la ferme à Chaillé-les-Marais.Un couple d’une soixantaine d’années nous accueille avec leur coeur grand ouvert… Devise du vendéen: 2 coeurs « fidèle au roi et fidèle au Christ ». Ils n’ont pas l’air de rouler sur l’or, la maison est rudimentaire, quelques poules dans le jardin, un petit hangar et rien de plus! Cette activité doit juste leur servir à mettre un peu de beurre dans les épinards…Mais quelle jovialité ce petit Monsieur d’à peine 1, 60 M. Tout sourire, sans complexes! Lui a dû lâcher les amarres depuis bien longtemps, un exemple pour moi, tout en retenue…Le lendemain, nous avons décidé unanimement de ne faire que de la route et encore que de la route!!! Arrivés le soir même à Capbreton

Lien vers l’article

2 réponses à Carnet de route 2012 !

  1. MUNCK Johanna dit :

    Coucou les voyageurs !
    C’est toujours un plaisir pour moi de pouvoir suivre vos aventures.
    Portez vous bien.
    Je vous embrasse.

    Johanna

    • Adams dit :

      Merci de nous suivre, ici l’hiver est installé ! Je pense souvent à toi, mais encore plus en cette fin d’année avec l’arrivée des fêtes. Je t’embrasse, ton parrain…

Répondre à Adams Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>